L'assemblée générale du RMC50
aura lieu
le Vendredi 20 Janvier 2017
à la salle de la Lande
à 20H30

Commune délégué de La Glacerie

Dépot de Cherbourg

Le dépot de Cherbourg a quitté le club, le 12 mars dernier pour rejoindre le musée HISTORAIL à St Léonard de Noblat. http://www.historail.com/

Le dépôt de Cherbourg constitue un ensemble autonome de 6 modules.

Sa reproduction correspond à ce qu'il était dans les années  60 / 70, aux tous derniers jours  de la traction vapeur. C'est un ensemble très détaillé riche en scènettes variées. La rotonde reproduite, tout comme la réelle, est riche de 22 voies toutes fonctionnelles, commandées par un pont tournant Roco.

Comme vous pouvez le constater ces modules s'inscrivent dans un quart de cercle, ils forment un ensemble indissociable pouvant être intégré soit dans un réseau avec d'autres associations (Normes FFMF), soit être installé, avec tout ou partie du réseau principal ou du réseau Valognes.

 

Depuis son origine en 1978, le RMC50 avait dans ses projets la reproduction du dépôt de Cherbourg à l'époque des dernières années où la traction vapeur était encore reine.


Vue générale depuis Cherbourg

Cette époque de transition a été choisie car elle permet la cohabitation des dernières vapeurs mythiques de la ligne,  141 R fuel et Charbon, ces braves mikado américaines , les 231 de tout poil, nos bonnes pacific, et toutes les autres 140 C et consort...


Les A1A A1A 68000, les BB 63000, 66000, 67000, les RGP, RTG, les ont remplacées, elles mêmes chassées depuis quelques années par la fée électricité...

Dépôt en cours de construction. Il manque l'atelier de maintenance au centre du module.

Mais ceci est une autre histoire, que le vieux dépôt ne connaîtra pas, il y a longtemps déjà qu'il n'est plus le refuge des machines en mal de repos ou d'entretien.

Nous dédions cette réalisation à Dominique et Sébastien qui nous ont quitté, et n'ont pas connu cette réalisation dont nous sommes fiers.

La maquette du dépôt de Cherbourg a été primée lors du Mondial de la Maquette en 2005.

 

Le dépôt


Le dépôt vapeur de Cherbourg fût construit dans le années vingt par le réseau de l'Etat sur la commune d'Octeville dans la vallée de Quincampoix, le long de la rivière Divette, du côté pair des voies venant de Paris. Il s'étendait sur une superficie de 6 hectares.



L'arrière de la rotonde. En arrière plan, l'imposant atelier de mécanique prolongé de la sablerie et du bâtiment TIA.

La maquette, qui se veut la plus fidèle, présente un triangle s'étirant sur plus de 5,50 m. Elle se compose de trois modules principaux et de trois modules d'extension.


L'autre partie du bâtiment mécanique, ainsi que le château d'eau et quelques petits bâtiments annexes.

 

Cinq années ont été nécessaires pour finaliser cet ensemble, depuis les recherches documentaires, la résolution de nombreux problèmes techniques - en particulier avec la rotonde - jusqu'à la mise en place des derniers détails.

La rotonde


La rotonde constitue le point de mire du dépôt. Comme en réalité, elle possède 11 stalles couvertes couvrant 22 voies desservies par un pont tournant.

 

 

 

  

La rotonde est une construction intégrale tout laiton - C'est Stéphane Auvray qui a eu l'idée d'utiliser ce matériau -, agrémentée de parements briques en plaques estampées.  La construction est l'oeuvre de Stéphane Auvray et de Michel Rudel, la peinture et la patine sont dûes à Jimmy Rivière et Claude Cesneau.

 

De nombreux détails ont été reproduits, parfois invisibles de l'extérieur - fosses de visite à l'intérieur des stalles - ou qui donnent plus de vie au modèle tels des carreaux cassés sur certaines baies. 

 

 

 

 


Deux 231 Pacific, constructions intégrales réalisées par Francis Loux sur des bases Model Loco

 

 

Inscription

Recherche

Qui est en ligne?

Nous avons 59 invités et aucun membre en ligne

Connexion



Free business joomla templates